Boulettes de veau aux champignons et à l’aneth

Autour de la Pentecôte, le veau est délicieux : recette à l’appui.

 

Qui dit printemps et beaux jours dit envie de légèreté ; d’où la nécessité de viandes légères et pauvres en matières grasses tout en étant protéiniques et vitaminées. Le veau est par excellence cette viande là !! Alors n’hésitez pas à la cuisiner poêlée, rôtie, mijotée, farcie ou en barbecue : le veau s’accommode de multiples cuissons selon le morceau choisi.

Un seul et unique conseil : éviter la sur-cuisson du veau. Il doit être servi rosé pour préserver une chair tendre, moelleuse à souhait. Seules quelques recettes « confites » nécessitent une cuisson plus longue, mais celles-ci sont alors hivernales.

La recette 

 Ingrédients pour 4 personnes

 

600 g de haché veau

600 g de champignons de paris

2 échalotes

1 bouquet d’aneth

2 œufs

80g de crème fraîche

30g beurre demi-sel

Sel et poivre du moulin

Jus de veau (facultatif)

 

Préparation :

 

1/ Hacher finement les échalotes et l’aneth. Mélanger avec le haché de veau, saler et poivrer. Ajouter les œufs, bien mélanger le tout. Confectionner des boulettes régulières dans le creux de la main.

 

2/ Chauffer le beurre dans une poêle, faire revenir les boulettes jusqu’à ce qu’elles soient légèrement colorées. Ajouter les champignons de Paris préalablement lavés et coupés en 2, puis incorporer la crème fraîche. Laisser cuire 8 à 10 min à feu doux.

 

3/ Au moment de servir, ajouter quelques copeaux de champignons crus, des brins d’aneth et napper de jus de veau.

 

Quel vin avec ce plat ?

Quintessence Château Blaignan 2010

Quintessence Château Blaignan 2010

Un cru bordelais, Quintessence du Château Blaignan 2010.

Le château Blaignan est un domaine de 97 hectares dans le nord du Médoc dont les vignes remontent au XIV ème siècle.

L’assemblage pour cette cuvée (à 70 % en Merlot et 30 % en Cabernet Sauvignon) a été réalisé avec les meilleures parcelles du domaine ; les rendements ayant été faibles cette année là sur le Merlot à cause d’un climat frais et humide en juin.

Ce millésime a une belle couleur soutenue et un nez très fruité avec des notes de fruits rouges (cassis, cerise noire). En bouche il est ample avec une belle structure ; si vous souhaitez le boire maintenant, pas de problème sur ce plat de veau ; mais c’est aussi un vin de garde qui peut vieillir encore quelques temps dans votre cave.

19, 50 € chez les cavistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share Button
1 Comment
  • Kev77
    Répondre 21 juin 2016 at 22:13

    Un peu reusch mais bon

Post a Comment