Cocktails de rentrée avec St-Germain, Izarra, Chatel, Havana Club et Cartron

Coup de cœur pour diverses maisons récemment découvertes ou re-découvertes : les liqueurs St-Germain et Izarra, les rhums Chatel, Havana Club et Cartron. Mention de 2 pâtisseries légèrement alcoolisées : le baba de Sébastien Gaudard tequila Patron, la tarte mojito de Steve Moracchini du Belles Rives hôtel.

La liqueur basque Izarra

Une histoire plus que centenaire, un patrimoine basque, un mélange épices, plantes et Armagnac : voilà en 3 mots le portrait de cette liqueur qui répond au nom d’Izarra, étoile en langue basque.

C’est au tout début du siècle dernier que commence l’histoire de la liqueur Izarra mais la recette remonte à 1835 même si celle-ci a été au fur et à mesure des années améliorée. Partie intégrante du paysage basque puisqu’élaborée à Bayonne, elle quitte les rives de l’Adour quand après son rachat par Rémy Martin Cointreau sa fabrication est réalisée à Angers avec les autres produits distillés du groupe. Il faut attendre 2015 pour qu’un natif de Saint-Jean-de-Luz ramène la production au pays basque.

L’Izarra Jaune au miel d’acacia, le Vert à la menthe poivrée et le Bask Coffee

Pour ‘basquiser’ vos cocktails, vous pouvez  créer un mojito basque en remplaçant le rhum par de l’Izarra Vert ou votre irish coffee en remplaçant le whisky par de l’Izarra Jaune ou Vert.

Un bask coffee à l’Izarra Vert

Bouteille à 29, 50 € au repaire de Bacchus.

Les rhums arrangés réunionnais Chatel

A La Réunion, la famille Chatel concocte des rhums avec des fruits et des épices créant ainsi une boisson à boire pure.

Fondée en 1907, la distillerie est toujours familiale et Alain Chatel en reprenant les rênes en 1981perpétue les traditions créoles et s’inspire en cette année du centenaire en créant des recettes inédites (caramel beurre salé, ananas vanille, letchi et banane caramel).

Le rhum arrangé Chatel au letchi

Le Maria Loca a concocté un cocktail letchi dodoquiri avec 50 ml de Chatel Letchi, 20 ml de jus de citron vert, 30 ml de jus de pamplemousse, 3 litchis frais. Verser l’ensemble dans le shaker, filtrer sur glace et décorer ou non, selon votre goût, avec un litchi, une feuille de menthe.

20, 90 € les 70 cl ; en grandes et moyennes surfaces.

St-Germain, la liqueur de fleurs de sureau

St-Germain : une liqueur typiquement française élaborée à partir de fleurs fraîches de sureau qui sont cueillies manuellement au printemps, date à laquelle elles expriment leur maximum de saveurs et d’arômes.

Un cocktail à base de St-Germain

Pas moins de 1 000 fleurs sont nécessaires pour obtenir une bouteille de 70 cl qui révèle une eau de vie florale sans être trop herbacée, douce sans être trop sucrée.

La bouteille est restée iconique, la même que celle des années folles quand elle était servie dans les cafés de St Germain des Prés.

A boire pour bien en apprécier la saveur avec un peu de champagne et de l’eau pétillante…..

45 € les 70 cl ; chez les cavistes.

La ‘cancha’ d’Havana Club

Au début du siècle dernier est née à Cuba une série impressionnante de cocktails devenus aujourd’hui mythiques : le mojito, le daïquiri, l’el presidente…

La cancha d’Havana Club, un dérivé en long drink du canchanchara

Normal donc que ce rhum cubain, fruit d’un mélange de divers rhums vieillis de 7 à 14 ans en fûts de chêne, soit à l’origine du cocktail ‘la cancha’, une version long drink de la canchanchara dont je vous dévoile ici la recette : 5 cl de rhum Havana Club 7 anos, 2 cl de jus de citron vert, 2 cl de miel liquide. Mélanger les 3 ingrédients ; ajouter 5 cl d’eau gazeuse, des glaçons ; décorer d’une rondelle de citron vert.

Et en avant première la découverte du coffret Noël en édition limitée et disponible sur le site www.barpremium.com à compter de novembre 2017 au prix de 59 €.

Le coffret de Noël en avant-première

Liqueur de miel Cartron

Et un cocktail, le Bee Careful, à la liqueur Cartron de miel

Un conseil perso : dans vos cocktails remplacez le sucre de canne liquide par la liqueur de miel de Joseph Cartron.

Récolté au coeur de la forêt landaise, un miel de fleurs de bruyère à la saveur douce et épicée est associée à de l’alcool fin. Cela procure une note un peu relevée ‘miel d’acacia’ qui parfume idéalement le cocktail ; alors que le sucre de canne n’ajoute aucune saveur gustative. Un vrai plus donc !

 

 

Dotée  d’une certaine fluidité, lumineuse et brillante, cette liqueur  à la robe d’un bel acajou clair délivre sucrosité et fraîcheur.

70 cl, 25 € chez les cavistes et en épiceries fines

Sébastien Gaudard et le baba à la tequila Patron Anejo

A découvrir à Paris dans l’un de ses 2 établissements (rue des Martyrs et aux Tuileries) un baba imbibé non pas de rhum mais de sirop de caramel à la tequila Patron Anejo. Au cœur du dessert, une surprise : une crème citron surmontée d’une Chantilly.

Le baba de Sébastien Gaudard à la tequila Patron

A consommer sur place ou à emporter (5, 50 €) ou à acheter en bocal de 10 minis (10 €).

Steve Moracchini et sa tarte Mojito

Une petite envie de s’alcooliser en extrême douceur ? Moracchini, le pâtissier du restaurant étoilé La Passagère de l’hôtel Belles Rives à Juan les Pins, a créé une très subtile tarte au mojito. Crème fondante reprenant la saveur du mythique cocktail, touche subtile de menthe et gelée de citron : la tarte est particulièrement originale et réussie.

Le mojito revisité en tarte par Steve Moracchini

Après avoir goûté ses desserts, on comprend sa nomination de ‘chef pâtissier de l’année 2016’ par le guide Gault et Millau.

5 €, Hôtel Belles Rives 06 160 Juan les Pins

 

 

 

En ouverture d’article le visuel d’un verre de liqueur St-Germain associé à du gin et du tonic.

 

 

 

 

Share Button
No Comments

Post a Comment