COINTREAU le carré

A Angers même, visite de la seule unité de production du Cointreau.

Entreprise du Patrimoine Vivant, l’entreprise Cointreau s’offre en visite au grand public.

Une partie du trésor : les alambics

Une partie du trésor : les alambics

 

Mais bien sûr vous serez déçu si vous pensez qu’on vous délivrera quelques secrets de fabrication.

Alambic miniaturisé et sac d'écorces d'oranges

Alambic miniaturisé et sac d’écorces d’oranges

On vient ici dans la toute proche banlieue d’Angers pour s’imprégner des odeurs d’huile essentielle d’oranges, appréhender la distillation et ses alambics, voir une chaîne d’embouteillage et en connaître un peu plus sur l’histoire et la communication depuis plusieurs décennies de la marque.

Un secret préservé depuis 1875

Le principe est simple : des oranges amères, des douces, des fraîches dont l’écorce produit des huiles essentielles très aromatiques ; une distillation juste quelques heures dans l’un des 19 alambics et un cœur de chauffe parfumé ainsi recueilli auquel on ajoute alcool pur et eau.

Aucun vieillissement ; mais une liqueur finale transparente titrant à 40 % tout en rondeur et en saveur.

D’une maison familiale à un groupe international

Une saga qui démarre avec 2 frères confiseurs, Adolphe et Edouard-Jean Cointreau, qui se lancent, dans une région où les liqueurs de fruits étaient nombreuses, dans la fondation d’une distillerie dès 1849. A côté du Guignolet, Cointreau naît en 1875 et sa notoriété liée à ses publicités et à sa bouteille carrée se développe partout dans le monde. L’entreprise reste familiale jusque dans les années 90, Cointreau fusionnant en 1989 avec la maison de cognac elle aussi familiale, Rémy Martin.

Le Passoa est aussi embouteillé à Angers

Le Passoa est aussi embouteillé à Angers

Le groupe prend le nom de Rémy Cointreau et englobe aujourd’hui des alcools tels que Passoa, Charles Heidsieck et Piper Heidsieck. Seuls Cointreau et Passoa, une liqueur fruit de la passion, sont élaborées de A à Z à St Barthélémy d’Anjou.

Du Pierrot aux femmes fatales

Le Pierrot des vieilles affiches

Le Pierrot des vieilles affiches

En longeant le couloir de communication vous passerez au-dessus des lignes d’embouteillage et pourrez, sans avoir le bruit environnant, visionner le cheminement du remplissage et de l’emballage des mythiques bouteilles carrées (7 000 bouteilles par heure et chaîne).

Différentes vitrines retracent l’amusante évolution des pubs avec le Pierrot de Tamagno, un célèbre affichiste italien, qui représente la liqueur cristalline. Au fil des décennies, le Pierrot évolue avec les dessinateurs et sa célébrité s’affiche via les films publicitaires réalisés par les frères Lumière. Il reste le symbole de la marque jusque dans les années post guerre et à partir de 1950 des égéries féminines plus ou moins sulfureuses, glamour, gourmandes se succèdent pour la promotion du Cointreau, une des dernières étant Dita von Teese.

La sulfureuse Dita von Teese et son cocktail sexy

La sulfureuse Dita von Teese et son cocktail sexy

Et hop une petite dégustation

Tout normalement la visite de 2 h environ se conclut par une dégustation : Cointreau Fizz en long drink ou Cointreau ‘Noir’ (Cointreau classique + cognac) ou Cointreau ‘Blood’ (à l’orange sanguine).

Les 3 Cointreau qui peuvent être testés et achetés à l'usine

Les 3 Cointreau qui peuvent être testés et achetés à l’usine

Visite guidée sur réservation uniquement

ZI St Barthélémy d’Anjou

Bd des Bretonnières

49 124 St Barthélémy d’Anjou

02 41 31 50 50

10 €

www.anjou-tourisme.com

 

Voir un autre article sur l’Anjou : http://levasiondessens.com/maulevrier/

et encore un autre : http://levasiondessens.com/les-3-lieux/

 

 

 

 

Share Button
No Comments

Post a Comment