Des parfums à l’honneur à St-Jean-de-Beauregard

Une nouvelle fois, les lourdes grilles du Domaine de Saint-Jean-de-Beauregard vont s’ouvrir durant trois jours, du 22 au 24 septembre, pour un incroyable marché de plantes à la merveilleuse réputation.

Il est difficile d’ignorer ce petit village au sud-ouest de Paris qui fait un écho surprenant au territoire urbanisé à l’extrême nommé Les Ulis. A quelques encablures de cette ville aux multiples zones commerciales et d’habitations, au bout de la N118, Saint-Jean-de-Beauregard c’est tout autre chose, déjà la campagne verte et riante, la terre agricole cultivée et des pans de forêt dans lesquels se cache un château. Il y a plus de trente ans, la Dame de Saint-Jean, Muriel de Curel, a l’idée redonner du lustre et du panache au potager XIXème du château. Dans la foulée, elle a aussi l’idée de créer une fête des plantes, et puis une autre et d’autres encore. Nous sommes cette fois à la 33ème année.

Cyclamen purpurascens – gentiaan

Chaque année a un thème. Pour 2017, c’est le parfum. Cela veut dire que les pépiniéristes et les horticulteurs (environ 250) qui vont déballer leur marchandise ont pour instruction, s’ils le souhaitent, d’orienter leurs sélections sur les végétaux qu’on reconnait à leur parfum. Les odeurs sont multiples, tantôt puissantes et tout le monde les repère, quelquefois discrètes et seuls les nez aguerris les recherchent et les remarquent. Le Cercidiphyllum japonicum, par exemple, qui dégage des odeurs de caramel lorsque son feuillage passe du vert au jaune en septembre et octobre. D’autres font penser à l’ananas bien mûr, comme ce cousin des genêts nommé Cytisus battandieri. Les mordus du jardin qui ont visité les jardins anglais où les Sarcococca sont plantés sans compter ne peuvent se tromper quand entre décembre et février ils reconnaissent ce fumet délicat à nul autre pareil. Il vient d’une multitude de fleurs blanches toutes petites positionnées sur les tiges de ce petit arbuste, hauteur rarement supérieure à un mètre.

Edgewortia chrysantha – arboretum Adeline

En fait, beaucoup d’arbres, d’arbustes, de vivaces, de bulbeuses, d’annuelles se font remarquer par cette caractéristique olfactive qui nous émeut tant. En voici quelques unes qui seront disponibles à la vente dans ce grand show floral et qui ont une âme bien séduisante : Actaea Chocoholic, Bignonia capreolata, Cyclamen purpurascens, Edgewortia chrysantha. C’est parti pour la chasse aux trésors !

Une préparation d’O.Picard

En plus, cet automne, cerise sur le gâteau si l’on peut dire, il faut mentionner la présence d’un jeune et déjà célèbre chef de cuisine Olivier Picard pour associer, cuisiner et présenter des arrangements de fruits et légumes de saison.

Le chef ajoute une plante à son plat

Texte de Georges Lévêque

Photos fournies par le Domaine de Saint-Jean-de-Beauregard

www.domsaintjeanbeauregard.com

Le visuel d’ouverture est un bignonia capreolata des pépinières Travers

Share Button
No Comments

Post a Comment