Etre photographe portraitiste

Le livre de Sarah Tailleur analysé par Georges Lévêque lui même photographe professionnel

La jeune Sarah Tailleur est Canadienne née à Québec en 1989.

La couverture de l'ouvrage

La couverture de l’ouvrage

Son métier : photographe avec une spécialité : le portrait. Elle vient de rejoindre les Editions Eyrolles pour raconter son parcours : origine sociale, études, jusqu’à sa profession de photographe.

 

Le résultat final : un livre de 240 pages avec beaucoup de précisions, des détails fort utiles aux candidats à ce métier hyper spécialisé et qui réclame, outre une compétence technique, de grandes capacités de séduction pour être à l’aise avec les personnes photographiées ; le photographe entrant tout de même un peu dans leur intimité.
L’auteure passe en revue la formation qu’on reçoit à l’école (même s’il n’est pas obligatoire d’avoir un diplôme d’une école de photographie) pour l’acquisition des connaissances techniques, l’achat du meilleur matériel, découverte des contraintes administratives et les petits trucs sur l’art de fidéliser la clientèle. Au fil des pages, on suit Sarah dans ses réflexions et la chronologie de ses actions pour arriver à la réussite professionnelle rapide qui est la sienne et à son bonheur d’exercer un métier qui la comble.

Un pan du livre est amusant, même intrigant pourrait-on dire : c’est son illustration. Une bonne part de celle ci est faite de portraits (certains glamours !) de femmes au ventre rebondi parce qu’elles sont passées devant l’objectif pendant leurs derniers mois de grossesse.

Beaucoup de photos sont faites en studio avec des éclairages d’appoint (très beaux jeux d’ombre et de lumière), d’autres en plein air. Cette dichotomie du savoir-faire est l’occasion d’expliquer chaque technique de prise de vues. Sarah théorise beaucoup sur l’art de plaire au client et sur les moyens qu’elle utilise pour cela. Il reste à espérer que les mentalités françaises sont identiques aux canadiennes ! Dans son cas, c’est un plein succès car elle semble très à l’aise avec toutes ces jeunes mamans qui posent seules, en couple et parfois avec leurs enfants. Cela donne un ton au livre, un discours bien architecturé sur une aventure humaine : la sienne !

Etre jeune en photographie présente un grand intérêt. Les moins de trente ans n’ont jamais fréquenté la photo argentique. Toute leur énergie et leurs connaissances sont axées sur le « tout numérique ». Cela conduit donc Sarah à expliquer l’importance des choix de l’ordinateur, des logiciels et de la création d’un portfolio web afin d’exister vis à vis de la concurrence. Elle initie aussi à la pratique de mots nouveaux tels que post-production, cd, clé usb, transfert en ligne, dropbox, wetransfer.

 

Etre photographe portraitiste, par Sarah Tailleur, octobre 2014, 26 euros
www.editions-eyrolles.com

Ce titre rejoint une vingtaine de livres spécialisés sur la photographie chez le même éditeur, comme Lightroom 5 pour les photographes, Les secrets de la photo de nuit, Photoshop pour les utilisateurs de Lightroom.
Ecrit par Georges Lévêque le 9 décembre 2014

Crédit photos : © Sarah Tailleur Photographe

 

 

Share Button
No Comments

Post a Comment