Expo : Le pouvoir des fleurs de Redouté au musée de la Vie romantique

Le musée de la Vie romantique présente le travail de Pierre-Joseph Redouté et ses peintures et aquarelles autour des fleurs dont il est devenu un peintre iconique.

C’est une grande première ! Muséum national d’Histoire naturelle et musée de la Vie romantique organisent la 1 ère exposition consacrée à Pierre-Joseph Redouté et à son influence sur l’art floral, sous l’intelligent patronage de l’historienne de jardins Catherine de Bourgoing.

Cactus cochellinifer

Appelé le ‘Raphaël des fleurs’, le belge Redouté (1759 – 1840) est la quintessence même de la peinture florale du XVIII ème siècle. Mais conjointement à cette qualité de peintre botaniste, il devient aussi le peintre des rois et des souveraines de l’impératrice Joséphine à la reine Marie Amélie ; tout en étant graveur, éditeur et professeur.

Microlonchus salmanticus

L’intérêt de l’exposition tient dans la beauté des aquarelles sur vélin : une retranscription criante de vérité de la Nature et des plantes. Comment Redouté arrive à être si proche du réel ? Tout simplement en s’appuyant sur des herbiers, pratique très courue à l’époque pour conserver les plants et enrichir ses connaissances en matière de botanique.

On notera aussi quelques très beaux morceaux de papiers peints dont les fonds gris bleutés mettent en valeur les bouquets de roses trémières aux pétales épanouis et pâles qui contrastent avec des grappes de fruits colorées et juteux.

Panneau décoratif ‘charmilles’, manufacture Jacquemard & Bénard

Délicieux pavillon à l’italienne, le musée de la Vie romantique est à lui seul un jardin de roses et de lilas. Les bâtiments proches de l’allée abritent les collections de Pierre-Joseph Redouté alors que le pavillon central a laissé libre cours à l’imagination de 26 créateurs pour réaliser des œuvres originales en rapport avec le floral. Le floral du XX ème siècle vu en argent, bronze, coton, émaux sur cuivre, grès, laine, papier, porcelaine, soie, verre, silicone pour être en osmose et dialogue avec le classicisme des fleurs du XVIII ème de Redouté.

Hibiscus, une oeuvre en papier sulfurisé de Ferri Garcès

« Roses trémières, raisins et lori cramoisi » de Redouté 1836; musée du Louvre

Une balade dans l’art du floral à voir en complément de ‘Jardins’, l’exposition majeure du Grand Palais.

 

« Verdure » : une fleur en porcelaine cellulosique de Stéphanie Martin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le pouvoir des fleurs Pierre Joseph Redouté

Du 26 avril au 29 er octobre 2017

Musée de la Vie romantique

16 rue Chaptal

75009 Paris

Tél : 01 55 31 95 67

Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18 h

Visuels fournis par divers musées dont le Muséum national d’Histoire naturelle

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

Share Button
3 Comments
  • Georges Lévêque
    Répondre 2 mai 2017 at 17:06

    Bel article, belle expo ! L’oeuvre nommée Hibiscus de Ferri Garcès est émouvante de beauté et de modernisme. Une interrogation pour le panneau légendé « charmilles ». On y voit des tulipes perroquet, des roses-trémières, des rosiers probablement moussus mais point de Carpinus betulus qui constitue ordinairement les charmilles ………

  • Catherine de Bourgoing
    Répondre 9 mai 2017 at 10:35

    Un grand merci Marie Laure Georges Lévêque a l’œil! Le musée des arts décoratifs est responsable de cette erreur que je leur signalerai!

Post a Comment