Festival d’Avignon 2016 côté in : nos coups de coeur

Sélection forcément subjective de 5 spectacles qui étaient programmés dans cette 70e édition du Festival d’Avignon et qui ont fait battre notre cœur de spectateur.

 

LES DAMNÉS d’après LUCHINO VISCONTI, mise en scène IVO VAN HOVE

Les Damnés - Christophe Raynaud de Lage - Festival d'Avignon

Les Damnés – Christophe Raynaud de Lage – Festival d’Avignon

 

La superproduction du IN 2016 : un metteur en scène encensé, la troupe de la Comédie-Française de retour à Avignon après plus de 20 ans d’absence, un scénario tiré du film de Visconti et la Cour d’honneur du Palais des papes en toile de fond. Les Damnés, c’est l’histoire de la famille Essenbeck, propriétaire d’une grande aciérie, alors que les nazis viennent d’accéder au pouvoir en Allemagne. Pour protéger leurs intérêts, servir leurs ambitions ou asseoir leur vengeance, les Essenbeck font alliance avec le nouveau régime, autrement dit, vendent leur âme au diable. La mise en scène saisissante d’Ivo van Hove ne laisse aucun doute sur l’issue : les cercueils sont ouverts, attendant la prochaine victime de ce jeu de massacre. Le Mal avance à marche forcée et même les purs, interprétés entre autres par Loïc Corbery et Clément Hervieu-Léger, tous les deux bouleversants, ne pourront lui échapper. Glaçant.

Les Damnés - Christophe de Lage Festival d'Avignon

Les Damnés – Christophe  Raynaud de Lage Festival d’Avignon

 

L’INSTITUT BENJAMENTA d’après ROBERT WALSER, mise en scène BÉRANGÈRE VANTUSSO

L'Institut Benjamenta Ivan Boccara

L’Institut Benjamenta
Ivan Boccara

 

L’art de la marionnette n’est pas réservé aux enfants et peut se confronter à des textes d’auteur, comme l’illustre brillamment la dernière création de Bérangère Vantusso. La metteuse en scène adapte le roman de l’écrivain suisse Robert Walser publié en 1909. Le cadre : une école de domestiques qui porte le nom de son directeur. On entre avec le jeune Jacob von Gunten dans l’Institut Benjamenta, qui vise à fabriquer des êtres dociles, apprentis dans l’art de la flagornerie. La relation maître-élève n’est évidemment pas sans rappeler le couple manipulateur-marionnette. Comme elle le souligne elle-même, Bérangère Vantusso monte des spectacles “avec” des marionnettes et non “de” marionnettes. Ses marionnettistes-acteurs ne sont pas dissimulés et forment avec les marionnettes un double qui ajoute au trouble de cette histoire flottant entre réalisme et onirisme dans laquelle on se laisse glisser sans résister.

L'Institit Benjamenta - Ivan Boccara

L’ Institut Benjamenta – Ivan Boccara

 

LA RIVE DANS LE NOIR, UNE PERFORMANCE DE TÉNÈBRES, texte PASCAL QUIGNARD, mise en scène PASCAL QUIGNARD et MARIE VIALLE

 

Le nouveau spectacle né de la collaboration entre Marie Vialle et Pascal Quignard a comme cadre une caverne. Nous sommes dans une caverne ornée des premières peintures rupestres connues. Au commencement du monde, il y a Marie Vialle, prêtresse chamanique qui fait entendre les premiers cris d’animaux, qui invente le verbe et le plaisir de raconter. Avec sa voix si singulière, elle nous embarque dans la première histoire de ce texte composé de plusieurs fragments. Pascal Quignard lui répond en égrenant des notes au piano. Dans cette obscurité visitée par des oiseaux nocturnes, un dialogue s’installe, tissé de complicité et de tendresse. On se raconte un peu, on se console aussi. Un moment de grâce et de poésie.

La Rive dans le noir - Pascal Quignard et Marie Vialle - Jose Albergaria

La Rive dans le noir – visuel de Jose Albergaria

 

TIGERN / LA TIGRESSE, de GIANINA CĂRBUNARIU, mise en scène SOFIA JUPITHER

La Tigresse - Urban Joren

La Tigresse – Urban Joren

 

La Tigresse, c’est l’histoire de Mihaela, félin échappé d’un zoo d’une ville roumaine. La pièce prend la forme d’une série de témoignages : pas plus surpris que ça, chauffeur de taxi, touristes, sans domicile fixe, parvenu et vieux monsieur racontent leur rencontre avec l’animal, jusqu’à ce que celui-ci soit abattu au bout de quelques heures de vadrouille. En parodiant le genre documentaire, l’auteur roumaine Gianina Cărbunariu dresse un portrait de nos villes européennes, marquées par la ségrégation sociale, et livre une fable douce-amère sur le rapport à l’étranger. Drôle et intelligent, le texte est porté par cinq comédiens formidables qui jouent avec distance sans tomber dans le cynisme. A voir ou à lire absolument.

La Tigresse de Gianina Cărbunariu, traduction Alexandra Lazarescou, est publié aux éditions Actes Sud-Papiers.

 

ESPÆCE d’AURÉLIEN BORY

Espace - Aurélien Bory - Aglaé Bory

Espaece – Aglaé Bory

 

« Vivre, c’est passer d’un espace à un autre, en essayant le plus possible de ne pas se cogner », peut-on lire dans Espèces d’espaces de Georges Perec. Dans ce spectacle d’Aurélien Bory inspiré du livre, les interprètes acrobates et chanteurs affrontent l’espace. Un immense mur noir se déploie, puis se replie, s’enroule et tourne tel un monstre géant dans un grincement inquiétant, avalant puis recrachant les hommes. Le metteur en scène évoque le départ du petit Georges Perec sous l’Occupation pour la zone libre, laissant derrière lui sa mère qui mourra en déportation. La disparition, puis la page blanche du livre, en attente. Beau et émouvant.

 

 

Vive le théâtre et à l’année prochaine, Avignon !

 

Texte : Sandrine D.

Visuels : fournis par le Festival d’Avignon

 

Share Button
1 Comment
  • Ocean
    Répondre 18 juillet 2016 at 19:47

    J’ai personnellement adoré « Tigern » !

Post a Comment