Festival du tatouage de Chaudes Aigues

Après l’expo à Paris au musée du Quai Branly, tatoués et tatoueurs ont le vent en poupe. Preuve en est l’attente de plus de 10 000 personnes comme en 2013 pour cette seconde édition du festival du tatouage.

 

On croit le Cantal bien sage et tourné vers ses vaches laitières et son fromage ; il n’en est rien ! Le département par ces 3 jours d’art graphique corporel prouve qu’il est branché, voire même avant-gardiste et la commune de Chaudes Aigues d’attire plus de 140 tatoueurs mondiaux.

Sur la poitrine

Sur la poitrine

 

De David Beckam à Fabien Gilot, tous les sportifs du stade de foot au bassin de la piscine ont craqué et fait couler de l’encre aux derniers JO de Londres. Effet de mode ou art à part entière ? Les deux à la fois… néanmoins en France le tatouage sort de son ghetto, de son image négative liée aux taulards et aux loubards.

Du mollet à la cheville

Du mollet à la cheville

 

On est encore loin de reconnaître au tatouage le statut de culture traditionnelle qu’il connaît sous d’autres latitudes (Japon, îles du Pacifique) ; mais le capitaine Cook qui a ramené au XVIIIème siècle la mode du tatouage en Europe a fait des émules. Avec un dermographe le tatoueur pique aujourd’hui des motifs traditionnels comme la carpe koï, le cœur enrubanné, la pin-up de l’entre-deux guerres aux USA, les motifs abstraits polynésiens….

 

Du 4 au 6 juillet prochains, ce festival va démontrer que le regard porté sur la pratique du tatouage a radicalement changé. A vous de sélectionner l’école stylistique de votre tatouage (portrait, réalisme, New-School…). Assurément, le tatouage est devenu un art corporel à part entière.

 

www.festival-tatouage.com

Jeté d'épaule

Jeté d’épaule

Share Button
No Comments

Post a Comment