Impressions Mémorielles au Musée de l’Homme

Une exposition collective sur le thème de l’esclavage par une dizaine de photographes.

Ils sont 10 photographes venant du Pérou, du Brésil, de Martinique, du Bénin, de la Guadeloupe.

Noirs pour la majorité d’entre eux, ils portent un certain regard sur l’histoire de l’esclavage.

L’inauguration a eu lieu le 10 mai qui correspond au jour commémoratif de l’abolition de l’esclavage en métropole. Chaque photographe pose à travers son appareil un regard artistique et moderne sur un sujet longtemps refoulé dans les consciences.

Le dur cliché du béninois Fabrice Monteiro

Le visiteur est interpellé afin de comprendre, de remonter aux sources de l’esclavage, d’appréhender les traces de la traite négrière à travers des lieux, des stigmates sur les hommes en eux-mêmes.

Quelques très beaux portraits, certains visuels dérangeants : l’exposition commémore pour rendre hommage, réhabiliter une population à qui une partie de sa vie a été volée.

Coupeur de canne à sucre par Céline Anaya Gautier

Néanmoins on peut regretter un parti pris très orienté sur les explications écrites et données autour des photos. Si la traite des esclaves est en grande partie imputable aux blancs dans de grandes villes telles que Nantes et Bordeaux, il ne faut pas oublier qu’elle n’a pu exister que par le travail en amont d’arabes et de noirs eux-mêmes qui allaient au fond des campagnes et de la brousse ‘capturer les nègres’.

De plus, il est aussi dommage que soit omis l’esclavagisme actuel des populations d’Inde, de Chine et des Philippines par les pays de la péninsule arabique pour des emplois dans le bâtiment et le service à domicile.

Impressions Mémorielles

10 mai – 10 juillet 2017

Musée de l’Homme

17 place du Trocadéro

75 116 Paris

Ouvert tous les jours sauf le mardi

www.museedelhomme.fr

 

Share Button
No Comments

Post a Comment