« Jacques Truphémus, l’intimité révélée » à la Propriété Caillebotte

À Yerres, dans l’Essonne, la Propriété Caillebotte tout juste restaurée accueille jusqu’au 9 juillet une superbe rétrospective du peintre Jacques Truphémus. L’occasion de découvrir à travers une soixantaine de tableaux l’œuvre aussi délicate que sensible de cet artiste peu connu du grand public.

L’exposition balaie la production de l’artiste, de l’après-guerre jusqu’à ses dernières toiles réalisées en 2016. L’élan créateur de ce peintre né en 1922 à Grenoble qui travaille aussi bien l’huile que le pastel est en effet loin d’être tari. Et la vocation a été précoce. C’est dans les années 30, en visitant le musée de Grenoble, alors premier musée d’art moderne de France, que le jeune Truphémus découvre entre autres Matisse, Picasso, Bonnard, et a la « révélation ».

Peintre de la lumière

Organisé en thématiques, le parcours de l’exposition fait entrer le visiteur dans l’intimité de l’artiste. Il y a son épouse Aimée, les autoportraits, les natures mortes (que le peintre appelle « vies silencieuses »), ainsi que les lieux familiers : Lyon, sa ville d’adoption où il vit et travaille depuis les années 50, ainsi que les Cévennes, où il passe ses étés depuis une vingtaine d’années.

Mais que ce soit dans les intérieurs des cafés lyonnais, dans le secret de son atelier ou dans le parc de sa maison cévenole, la lumière est le vrai sujet de l’artiste. C’est elle aussi qui fait vibrer les subtils camaïeux de blancs que nous livrent ses natures mortes, nappe blanche sur fond blanc. Revenant sans cesse à ses sujets fétiches, l’artiste sonde le mystère de son monde familier, univers silencieux où le temps paraît suspendu, loin de l’agitation contemporaine.

Comme le souligne Pierre-Nicolas Sainte Fare Garnot, le commissaire de l’exposition, « avec des moyens qui n’appartiennent qu’à lui », Jacques Truphémus « excelle à rendre notre monde poétique. »

S.D.

Visuel d’ouverture : Trois Grenades, huile sur toile, 2006 © Didier Michalet

« Jacques Truphémus, l’intimité révélée »
Du 25 mars au 23 juillet 2017
Propriété Caillebotte, 8 rue de Concy, 91330 Yerres (à une demi-heure en RER depuis Paris)

Share Button
1 Comment
  • OCEAN
    Répondre 4 juillet 2017 at 15:49

    93 ans et l’enfant est toujours là . Magnifique !

Post a Comment