La fonderie Cornille Havard

Depuis 1865, la fonderie Cornille Havard perpétue un savoir-faire de la Manche, la fonderie de cloches. Visite des ateliers ouverts au public au cœur de la cité du cuivre à Villedieu – les – Poêles.

Elles s’appellent Thérèse-Bénédicte, Saint Nicolas ou Rose-Françoise…

La Saint Nicolas

Elles pèsent de 430 kgs à 6, 3 tonnes…..

Elles sonnent un Sol 2, un Fa 3 ou un Sol 3 …..

Elles n’ont plus de patrie et partent vivre de Bayonne à Malte, d’Irlande au Congo Brazzaville en passant par le Vietnam et Notre-Dame….

Qui sont elles ?              Les cloches de Cornille Havard !

Dans la Manche, Villedieu-les-Poêles perpétue une tradition remontant au Moyen-Age de fonderie de cloches. Mais à l’époque les fonderies étaient itinérantes et les fondeurs vivaient au pied des cathédrales le temps de réaliser leurs œuvres.

C’est Adolphe Havard qui démarre réellement en 1865 l’activité de fonderie en la sédentarisant après avoir repris l’activité commencée par son ancêtre dès 1836. Il développe l’activité et exporte ses cloches dans le monde entier contribuant dès le XIX ème siècle à la réputation de la fabrique.

Explication de la forme des cloches par le choix du gabarit

Association et mariage, cession en 1981 aux Bergamo : autant de changements qui font que l’entreprise est florissante aujourd’hui et que sous le nom de Cornille Havard elle réalise un chiffre d’affaires de 1 million 4 grâce à 17 salariés qui produisent chaque année 100 cloches monumentales et 300 à 400 cloches de maison ou de bateau.

Le façonnage des moules

La visite permet de voir que les ateliers fabriquent toutes sortes de cloches, de bourdons ; mais aussi des pièces de fonderie d’art telles que statues, bas-reliefs commémoratifs et plaques. Outre l’activité touristique (visite des ateliers à quelques 50 000 visiteurs / an), la fonderie a une troisième activité d’art campanaire ; à savoir l’installation, l’entretien et la fabrication des équipements mécaniques et électriques des cloches et des clochers. A ce titre, Cornille Havard a reçu le label d’EPV (entreprise du patrimoine vivant) ; donc en matière de cloches l’entreprise apporte un service manufacturé de A à Z.

Il n’est pas aisé au vu des gigantesques fourneaux, des empreintes, des moules en argile-crottin de cheval et fibre, des gabarits extérieur et intérieur des cloches, des moulures de cire de comprendre le mécanisme de création des mastodontes en cuivre et étain.

La coulée ….

Et pourtant elles résonnent pour notre plus grand plaisir des montagnes aux campagnes, du porche de simples maisons à la porte des bateaux en égrenant des notes sourdes, graves, aigües, toujours profondes et envoûtantes. Et quel bonheur d’entendre au fin fond des campagnes et même en ville sonner l’Angélus ou les vêpres. D’ailleurs, en frappant vous-même avec un marteau en bois l’une des cloches posées dans la cour ; posez la main sur la cloche et vous sentirez au creux de votre paume les profondes vibrations émises par la cloche. Impressionnant de profondeur, de sons comme des percussions ….

La reproduction de motifs à la cire

Fonderie Cornille Havard

La société préconise la transmission du savoir-faire

10 rue Pont-Chignon

50 800 Villedieu-les-Poêles

02 33 61 00 56

Ouvert aux visites de février au 11 novembre

www.cornille-havard.fr

www.manchetourisme.com

 

 

 

et d’ autres articles sur la Manche

Le Dreknor est à Carentan !

La saga St James

Share Button
1 Comment
  • Lolita49
    Répondre 25 mars 2017 at 22:03

    Sympa, surtout si on aime se faire sonner les cloches !

Post a Comment