La quête d’Alain Ducasse

Un film documentaire sur le quotidien du plus grand chef étoilé du monde, Alain Ducasse.

Critique gastronomique depuis plus de 20 ans, je ne pouvais pas occulter voir ce film ! Autant dire que je me suis précipitée à une avant-première qui m’a laissée un peu sur ma faim… et à double sens : vu le ventre vide, ce film m’a fait saliver à force de voir défiler sous mes yeux de sublimes assiettes de crustacés et de légumes, des desserts tous plus alléchants les uns que les autres ; pour une professionnelle, le film ne va pas assez loin dans le décorticage de tel ou tel plat et la volonté du chef associée à la retenue pudique du cinéaste font qu’Alain Ducasse parvient à ne pas dévoiler sa personnalité, hormis une évidente et nécessaire exigence et technicité dans le travail.

 Mais le travail du cinéaste, Gilles de Maistre, est autre : il cherche à comprendre le travail quotidien, les voyages permanents de cet homme hors pair qui n’en finit pas de sillonner la planète, ses 23 établissements, ‘ses’ producteurs de produits frais, de fèves de cacao.

Certes le film est un panégyrique sur Alain Ducasse ; mais le terme est loin d’être usurpé. La question est ici de savoir pourquoi cet homme qui est arrivé au summum de tout ce qui peut être atteint en matière de cuisine (étoiles, lieux les plus prestigieux, écoles de cuisine, maison d’édition… ) continue matin et soir à travailler comme un forcené. La réponse tient peut être en quelques mots : la curiosité, le plaisir incessant de découvrir de nouveaux produits, de nouvelles saveurs, de nouveaux hommes et de faire émerger leur talent. On a peine à croire que cet homme là un jour s’arrêtera de bosser, de sentir, de goûter ; car son palais cherche toujours et encore le goût inédit, le petit supplément d’âme qui fait qu’un plat au delà de sa technicité et de ses matières premières devient un moment sublime de plaisir, un souvenir gustatif d’éternité.

Des esturgeons en Chine en passant par les fèves de cacao ou les vues aériennes sur Versailles ; les prises de vues sont très belles. Et la cuisine d’Alain Ducasse de Ducasse nous fait traverser en 1 h 30 le globe de Rio à Tokyo, de Monaco à la Mongolie. Avec une quête perpétuelle de l’excellence.

Claude François, Yves Saint Laurent, Gaughin, Godard … les films à la gloire d’un être d’exception intéressent le grand public. Puisse celui sur Alain Ducasse être un succès à l’image de sa carrière professionnelle et ce document devrait alors être poursuivi par un autre sur Pierre Hermé dont la boulimie créative rejoint celle de notre mentor cuisiner.

 

Alain Ducasse : une exigence dans chaque détail

La quête d’Alain Ducasse

de Gilles de Maistre

Pathé au cinéma le 11 octobre 2017

Visuels fournis par la production et Pathé

 

 

 

Share Button
No Comments

Post a Comment