La saison Picasso à Rouen au musée des Beaux-Arts (1)

Picasso en Normandie ou l’histoire et l’art méconnus du maître espagnol au travers de 3 musées, le musée des Beaux-Arts, de la céramique, de la ferronnerie Le Secq des Tournelles.

Après le festival Normandie impressionniste, place pour le printemps et l’été 2017 à Picasso. Mais pourquoi un engouement soudain pour l’artiste catalan ?

Peu de gens le savent, affirme Sylvain Amic, directeur des musées métropolitains de Rouen, Picasso a vécu et travaillé cinq années dans sa propriété de Boisgeloup près de Gisors ( Eure ) et aucune exposition n’avait été consacrée à cette période particulièrement riche et créative. De 1930 à 1935, l’art de Picasso s’étend de la peinture à la sculpture en passant par la photographie, le dessin, la gravure.

En partenariat avec les divers musées Picasso d’Europe, Rouen a imaginé une ‘saison Picasso’ en une contrée où l’artiste marche sur les pas d’illustres prédécesseurs tels que Nicolas Poussin et Claude Monet.

Le maître et des bustes de femmes

Le Musée des Beaux-Arts retrace le normand Picasso en son manoir de Boisgeloup

Aux Beaux-Arts, l’atelier normand de Boisgeloup retrouve vie et c’est peut-être en ce musée la collection la plus complète des œuvres du catalan.

Enrichi par sa période cubiste, Picasso achète le château de Boisgeloup. Il s’adonne à la sculpture et re-transpose tout ce qu’il découvre dans cet art dans celui de la peinture. Sans jamais être abstrait, il va très loin dans l’art de la déformation. Il détourne les formes, assemble des objets du réel en une œuvre parfois déconcertante. Cet éclectisme peut surprendre, il témoigne de la richesse créative de Picasso qui transcrit dans ses pièces sa vie personnelle avec ses amours cachés pour Marie Thérèse, son attirance pour les visions tribales via la matière ‘os’, sa passion pour le thème de l’Antiquité, ses constantes pulsions sexuelles qui transforment yeux et nez des personnages en phallus et testicules.

Buste de femme, Boisgeloup 1931

Pour le peintre de Guernica et l’amateur de tauromachie ; il y a une comparaison évidente entre lui même et la puissante bête qu’est le Minotaure. Ses compositions sont ainsi le « monstre piaffant et rôdant autour de la femme endormie ». Assurément le Minotaure qui aime, festoie, se bat ; c’est Picasso lui-même.

Minotaure et cheval, Boisgeloup 1935

Moins tourmentée, la série des baigneuses n’en révèle pas moins les amours tumultueuses du maître avec sa maîtresse, la nageuse Marie Thérèse Walter.

On notera aussi d’autres compositions intéressantes : la suite Vollard, commande 100 gravures, le reportage photographique Brassaï.

Femme au fauteuil rouge, Boisgeloup 1932

Musée des Beaux-Arts

Louise Leiris regardant les sculptures de têtes de femmes dans l’atelier de Boisgeloup

 

Esplanade Marcel Duchamp

76 000 Rouen

Tél : 02 35 71 28 40

Ouvert tous les jours sauf le mardi

Du 1 er avril au 11 septembre 2017

www.rouentourisme.com

Complément sur Picasso : les prochaines semaines avec les articles sur les expositions : sculptures au musée de la Céramique, la ferronnerie Gonzalez / Picasso au Musée Le Secq des Tournelles

Visuels fournis par les musées Picasso

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saison Picasso à Rouen au Musée de la Céramique ( 2 )

 

Shopping rouennais inédit

 

 

 

Share Button
3 Comments
  • Leo72
    Répondre 25 avril 2017 at 22:35

    J’adore Picasso, quel artiste précurseur !!

  • pascal
    Répondre 26 avril 2017 at 09:02

    Très bel article. Vraiment hâte de découvrir cette expo

  • Gaëlle
    Répondre 26 avril 2017 at 18:06

    Rouen possède de très beaux musées.

Post a Comment