« L’Arbre » au Théâtre du Soleil : l’espoir dans les ténèbres

Le Théâtre du Soleil accueille jusqu’au 19 mai la dernière création de l’Odin Teatret.

Entre le Théâtre du Soleil, dirigé par Ariane Mnouchkine, et l’Odin Teatret, il y a un compagnonnage de longue date. L’Odin Teatret est né en Norvège et est établi au Danemark depuis 1966. Comme Ariane Mnouchkine, Eugenio Barba, son fondateur, a été très tôt fasciné par l’Asie. Ses 33 membres appartiennent à quatre continents. Ce mélange est manifeste dans ce spectacle, où le monde entier est convoqué et où l’on parle toutes les langues.

« L’Arbre » est une fable : autour d’un poirier se croisent deux « seigneurs de la guerre », une mère africaine dont l’enfant a été assassiné, deux moines yézidis qui espèrent faire revenir les oiseaux sur l’arbre, et la fille d’un poète qui, enfant, rêvait de voler. S’appuyant sur un dispositif scénique qui permet une grande proximité avec le public, les comédiens, affublés d’un nez de clown, donnent à voir la violence des conflits armés et notamment l’horreur des enfants-soldats.

Les deux « seigneurs de la guerre » oscillent entre le grotesque et le tragique : Kai Bredholt, qui joue de l’accordéon, marche au pas cadencé comme un petit soldat de plomb. Son comparse I Wayan Bawa, malgré la cruauté de son personnage, fascine quand il esquisse des pas de danse traditionnelle balinaise.

Deux formidables conteuses accompagnent le spectacle. Elena Floris, violoniste déguisée en facétieux chaperon-noir, dégage une énergie électrique. Et il y a surtout Parvathy Baul, chanteuse indienne de musique bâul, qui s’accompagne de deux instruments traditionnels. Rares seront les spectateurs à comprendre ce qu’elle chante, mais sa voix virtuose et son extraordinaire présence scénique font partie des moments magiques de ce spectacle beau et déchirant à la fois.

S.D.

« L’Arbre »
Mise en scène : Eugenio Barba
Durée : 70 minutes
Représentations suivantes du spectacle : Sibiu, Roumanie, du 14 au 16 juin 2018

Et si vous ne l’avez pas encore vu, courez voir « Une chambre en Inde », la dernière création du Théâtre du Soleil, spectacle magistral sur le rôle du théâtre face au chaos du monde. Ariane Mnouchkine et sa troupe le jouent jusqu’au 20 mai 2018. Ce seront les dernières dates parisiennes.
Le Théâtre du Soleil reste à l’heure indienne puisqu’il accueille du 26 mai au 10 juin 2018 « Le chant du pied – Voyage en Kathakalie », pièce chorégraphique et théâtrale autour du Kathakali, art total dansé uniquement par des hommes.

Théâtre du Soleil, Bois de Vincennes, La Cartoucherie, 75012 Paris.

Share Button
No Comments

Post a Comment