Le Bistrot Valois

Fraîchement relookée, voilà une adresse sans prétention ni souhait de jouer à la branchitude du pseudo lounge qui mérite que vous y fassiez un petit tour.

 

 

A mi-chemin entre le bon café de quartier et le semi gastronomique, le Bistrot Valois joue la simplicité du bon produit proposé de manière classique. D’ores et déjà il n’est pas facile de trouver l’établissement, dans une petite rue non commerçante proche de la Comédie Française. Et pourtant l’endroit est charmant : une place historique bordée d’hôtels particuliers de la famille d’Orléans (prochainement les quelques voitures qui y stationnaient vont être interdites, permettant une totale tranquillité en terrasse), les écuries de Louis Philippe pour le restaurant lui-même. La restauration du lieu a été bien menée faisant apparaître pierres et briques anciennes tout en préservant le vieux bar en zinc et en ajoutant d’amusantes photos de comédiens. Seul bémol : le carrelage ancien et vraiment province qui n’a pas été changé.

Restauration réussie pour cet établissement situé dans les anciennes écuries des Orléans

Restauration réussie pour cet établissement situé dans les anciennes écuries des Orléans

 

 

La carte est courte témoignant d’une cuisine fraîche, du moment qui évite le sous-vide industriel ou le surgelé grande distribution. L’ensemble ne cherche pas à briller par la créativité, mais plutôt par le bon produit en provenance de maisons sérieuses : l’aveyronnais Conquet pour les charcuteries, l’ardéchoise Terre Adélice pour les glaces, le boulanger des étoilés Jean Luc Poujauran pour le pain, le jambon ibérique de Da Rosa.

 

 

Après un potage hivernal anobli par des copeaux de foie gras (8, 50 €), le choix se porte sur de tendres pièces de bœuf (côte, onglet, hamburger) accompagnées de pommes grenaille ou sur du poisson (haddock poché et assiette de saumons) de 17, 50 à 20, 50 €.

Tarte aux quetsches et glace vanille

Tarte aux quetsches et glace vanille

 

Le sucré joue avec l’indétrônable mi-cuit au chocolat glace vanille, les tartes maison, le généreux baba au rhum et sa Chantilly maison.

 

 

Avec un verre de vin rouge, du Beaumes de Venise « Terres jaunes » 2012 à 5, 90 € le tour est joué pour un agréable repas que vous pouvez néanmoins compléter par plus de vins. En effet, le propriétaire maître restaurateur, Laurent Chainel, a une carte bien fournie de propositions de maîtres vignerons qu’il sélectionne pour leurs vins naturels et leur façon respectueuse de travailler la terre.

 

 

1 bis Place Valois

 

75001 Paris

 

01 42 61 35 04

 

Fermé le dimanche

Façade extérieure et quelques places en terrasse

Façade extérieure et quelques places en terrasse

 

Share Button
No Comments

Post a Comment