Le Lièvre blanc d’Inaba et des Navajos : un pont entre les mythes

Jusqu’au 19 juin, Miyagi Satoshi livre sa dernière création, spectacle éblouissant sur les mythes fondateurs japonais et amérindiens.

Avec sa compagnie de théâtre contemporain installée au pied du mont Fuji, Miyagi Satoshi a conçu et mis en scène un spectacle sur mesure pour le Théâtre du Musée du quai Branly.

Le héros affronte des épreuves

Le héros affronte des épreuves

 

Les frères jumeaux à la recherche de leur père

Les frères jumeaux à la recherche de leur père

Le metteur en scène japonais s’est inspiré des écrits de Claude Lévi-Strauss sur le Japon, où l’anthropologue met en lumière des éléments communs entre le Kojiki, écrit du 8e siècle qui rassemble les mythes fondateurs du Japon, et des mythologies des Indiens d’Amérique. Son hypothèse : une mythologie originelle partie d’Asie aurait traversé le détroit de Béring pour se répandre sur le continent américain.

 

27 acteurs-chanteurs-musiciens se mêlent sur scène, parés de somptueux masques, parfois démesurés. Ici, les comédiens sont muets. Ce sont les chanteurs, à leurs côtés, qui leur prêtent leur voix (en japonais sur-titré). Les codes, notamment la gestuelle, sont ceux du théâtre japonais. La musique rythmée par un torrent de percussions et les chants sont superbes.

 

Le spectacle en trois tableaux s’ouvre sur la légende du lièvre blanc, animal qui aura la vie sauve grâce au bon cœur d’Ōkuninushi. Au bout de multiples épreuves, celui-ci finira par épouser la princesse de son cœur, pourtant convoitée par ses 80 demi-frères aussi féroces que jaloux. On rit, il y a de la farce dans tout ça.

 

Quête du père-soleil, traversée des eaux, héros triomphant des épreuves … Miyagi Satoshi donne à voir les points communs entre les mythes qui font fi des frontières.

Le final

Le final

 

Dans le final digne d’une comédie musicale, avec une musique qui fait la passerelle avec des sonorités plus occidentales, les héros décident de faire de leurs armes des instruments de musique, chantant et dansant à la gloire du soleil. Qui sait, c’est peut-être à cette compagnie talentueuse que nous devons le retour du beau temps, mais entre deux séances de bronzette, courez voir ce spectacle magnifique !

Comédiens masqués et musiciens

Comédiens masqués et musiciens

« Le Lièvre blanc d’Inaba et des Navajos » – jusqu’au 19 juin 2016

Durée : 1 h 40. À partir de 8 ans.

Musée du quai Branly – Paris

Plus d’infos : http://www.quaibranly.fr/fr

 

Texte : Sandrine D.

 

Visuels : musée du quai Branly, photos Cyril Zannettacci

 

 

 

 

 

Share Button
2 Comments
  • Sabine
    Répondre 11 juin 2016 at 15:40

    Bonjour. C’est une belle restitution et je le confirme, cet étonnant spectacle ne laisse pas de marbre : n’hésitez pas à y aller pour le découvrir 🙂

  • Malika
    Répondre 19 juin 2016 at 21:30

    Très étonnant je trouve.

Post a Comment