Le Petit Célestin

Dans le 4 ème arrondissement, un établissement à l’ambiance bistrot donnant une impression du proche « ventre de Paris » d’antan !

Vous en avez assez des sushis et sashimis et des restaurants japonais ; le concept du lounge vous semble dépassé ; vous n’avez pas la possibilité de vous offrir le luxe intemporel d’un établissement étoilé. Pour surfer sur la tendance générale, retour aux sources et au made in France. En matière de gastronomie, le come-back des valeurs sûres et du franco-français passe tout naturellement par la cuisine de bistro.

Légendaire serviettes vichy rouge sur les tables

Si vous cherchez donc un bistro, un vrai bistro tel qu’il en existait autrefois dans chaque village et dans les villes à chaque coin de rue ; choisissez le Petit Célestin, un bistro existant depuis une cinquantaine d’années. Bar en zinc, serviettes en Vichy, photos d’artistes aux murs : le décor du vrai bistro est planté. Et quand vous serez assis et que les chansons mythiques de Piaf, Aznavour, Trenet, Hallyday parviendront à vos oreilles ; vous saurez que vous êtes à coup sûr dans un vrai bistrot parisien. A l’intérieur dans la petite salle, en écoutant Joe Dassin ou Sacha Distel ; le repas peut commencer ; sauf si vous préférez être en terrasse et profiter des quais de Seine, de la vue sur l’hôtel Lambert en travaux, du passage des chevaux de la proche Garde Républicaine.

Le plat de coquilles St Jacques

Aux alentours des 12 €, les entrées sont délicieuses si vous optez pour la burratina fumée posée sur des rondelles de betteraves ou le ceviche de bar à l’huile d’olive de Kalamata. Le plat principal joue sur le registre des plats traditionnels français : bœuf bourguignon, poire de Salers, rognons de veau, moules marinière, cheese burger, St Jacques poêlées, bar sur fondue de poireaux. Comptez entre 17 et 25 € pour ces viandes et poissons accompagnées sans surprise de frites, de purée de pommes de terre. Plus de déception attendent les addicts au sucré car les desserts très classiques de mousse au chocolat, tarte au citron meringuée, île flottante, Tatin et crème brûlée ne sont pas à la hauteur des suggestions du début de repas.

Burratta et betteraves

A accompagner d’un des vins nature (env. 30 € la bouteille du mois) et lors de mon déjeuner d’un vin d’Alsace de Christophe Lindenlaub, « à pas de velours » un Pinot Noir Nature 2015.

la classique tarte au citron meringué

Le Petit Célestin

10 quai des Célestins

75004 Paris

Tél : 01 42 72 20 81

Ouvert du mercredi au dimanche soir

Formule à midi à 2 plats à moins de 20 €

Share Button
1 Comment
  • Véronique B
    Répondre 15 mai 2017 at 21:31

    Belle tarte au citron

Post a Comment