Le skrei passe à table

Ce mythique cabillaud norvégien est chez les poissonniers et dans certains restaurants uniquement de janvier à avril.

Un cabillaud certes, mais pas n’importe lequel, un poisson vigoureux et charnu car il a bravé les eaux glaciales de la mer de Barents pour aller jusqu’aux îles Lofoten afin de s’y reproduire en un périple d’environ 1 000 kms. Autant dire que sa chair est bien costaude, musclée et non remplie de gras comme celle de son copain, le saumon !

Skrei aux épinards et sauce à l’orange

La pêche de ce poisson est strictement règlementée : traditionnelle, à la ligne, à la palangre et au filet en un caractère artisanal. Comme le poisson est labellisé via un cahier des charges scrupuleux, c’est un produit apprécié des grands chefs et des beaux poissonniers.

A défaut de le cuisiner vous-même profitez d’un repas au restaurant pour le goûter : 50 restaurants gastronomiques le feront figurer à leur carte du 18 mars au 15 avril 2017, dont l’Uma, le Coretta, l’Agapé, L’Affriolé, La Régalade, A Noste, Dessirier à Paris ; le Flaveur à Nice ; La Salamandre et le Crêmet d’Anjou à Angers ; Soléna, Julien Gruège, L’Oiseau Bleu et la Cuisine du Cloître à Bordeaux ; Thomas et La Régate à Lyon…

Un skrei poêlé aux haricots, bacon et fenouil

Pour connaître la liste des restaurants participants : www.poissons-de-norvege.fr

Share Button
1 Comment
  • meunier
    Répondre 2 mars 2017 at 19:18

    Bravo !! beau sujet sur le roi des Cabillauds !!
    Thierry Meunier

Post a Comment