L’éblouissante Venise du Grand Palais

« Eblouissante Venise » est la superbe exposition sur Venise et les arts italiens du 18 ème siècle au Grand Palais.

Quel dommage que le verre, les vêtements d’apparat italiens aient été oubliés….

 

Eblouissante Venise, tel est le titre de l’exposition qui caractérise bien la teneur même de l’événement.

Voilà une Venise bellissima avec plus de 200 œuvres dont celles de grands maîtres (Tiepolo, Longhi, Guardi, Canletto, Ricci…) qui témoignent des innombrables fastes de la cité lacustre à son apogée, au 18 ème siècle.

Les robes d’Isabelle de Borchgrave

Il y a comme une atmosphère de fête dans cette expo : normal me direz-vous, Venise n’était à cette époque là qu’amusements, carnavals et déguisements pour des fêtes organisées somptueusement ou improvisées au détour d’un canal. Et le ton est donné dès votre arrivée dans l’escalier magistral où de superbes robes en papier d’Isabelle de Borchgrave servent de lustres et font virevolter rubans et passementeries. Cette belle mise en scène nous ferait presque oublier que l’exposition a omis de mettre dans « ses » valises les somptueux vêtements du XVIII ème siècle qui existent à venise dans diverses collections !!!

Tiepolo, le menuet au Musée du Louvre

Les toiles de Guardi et de Canaletto témoignent de cet engouement pour les jeux avec force bals masqués, galères d’apparat pour voguer nonchalamment, concerts en plein air donnés par Vivaldi ou le castrat Farinelli, pièces de théâtre du Molière italien, Goldoni. Le fantasque, le burlesque est à chaque coin de ruelle et se cache derrière des masques blancs ou des tricornes noirs.

Nazari, portrait de Farinelli (Londres royal college of music)

Dans la richesse de ses palais, de ses églises, de ses théâtres, de ses opéras ; Venise toute entière jouit. Mais l’époque des plaisirs et des jeux n’aura qu’un temps et Venise de sombrer dans la décadence pour finir même par devenir une proie facile pour les Turcs, puis les Français et Bonaparte à la fin du 18 ème siècle. Si seulement Venise avait su tirer les leçons du passé et se rappeler de la Rome Antique : entre grandeur et décadence !

Canaletto , vue du palais ducal (pinacothèque de Milan)

Ce genre d’exposition peut paraître soporifique pour des jeunes ou des adolescents : détrompez-vous. Au détour des salles, les mercredis soirs de 19 à 22 h ; des interludes de chants, de musiques, de danses sont proposées. Parmi les œuvres exposées, à eux de découvrir les tableaux où étaient exhibés les animaux exotiques ; dans un recoin des cages avec un dromadaire blanc, des oiseaux à plumages colorés qui les enchanteront.

Longhi, le rhinoceros (Venise)

Eblouissante Venise

Venise, les arts et l’Europe au XVIII ème siècle

Du 26 septembre 2018 au 21 janvier 2019

Grand Palais

Fermé le mardi

Dromadaire blanc, singe et perroquet

 

en ouverture d’article : Guardi, le ridotto du palazzo Dandolo ( Venise)

Visuels fournis par la RMN Grand Palais

Share Button
No Comments

Post a Comment