Les « Amazones de la Révolution » à l’honneur à Versailles

mme-tallien-mes-photosLe musée Lambinet s’intéresse aux femmes célèbres comme anonymes ayant participé à la Révolution française et met en perspective leur représentation au fil des siècles.

Des femmes engagées

C’est Charlotte Corday qui ouvre le bal de l’exposition, sans doute la plus célèbre des femmes ayant pris une part active aux événements. En 1793, à 24 ans, elle assassine le député montagnard Marat et finit à l’échafaud. La voilà qualifiée par le journal de la Commune de Paris de « virago, plus charnue que fraîche, sans grâce, malpropre ». Difficile peut-être pour des hommes, même républicains, d’admettre que le courage se conjugue au féminin.

« Charlotte Corday poignarde Marat », Zuka

D’autres figures célèbres sont à l’honneur, toutes militantes convaincues : Manon Roland, Olympe de Gouges, Théroigne de Méricourt. Toutes ne termineront pas à l’échafaud, mais leur destin n’en est pas moins tragique. Théroigne de Méricourt, qui décide de se vêtir en amazone et tente de créer une « phalange d’amazones », réclame l’égalité politique pour les femmes. Accusée de soutenir les Girondins, elle est prise à partie par des femmes jacobines qui la fessent publiquement, puis est internée en 1794, où elle passera 23 ans avant de mourir.

"Charlotte Corday assise tenant un livre" de J.-J. Hauer

« Charlotte Corday assise tenant un livre », Jean-Jacques Hauer

Et aujourd’hui ? La Révolution et ses figures féminines continuent de nourrir l’imaginaire, notamment celui des artistes contemporains. L’exposition présente ainsi plusieurs œuvres de l’artiste peintre Zuka. Dans ses tableaux aux couleurs vives, les femmes occupent une place importante. Robert Wilson quant à lui réalise une vidéo qui met en scène la chanteuse pop Lady Gaga : celle-ci gît dans une baignoire, le cou ensanglanté, tel Marat assassiné peint par David – le rôle masculin est endossé par une femme. L’industrie du jeu vidéo aussi s’est emparée de ce pan de notre histoire. Dans le jeu « Assassin’s Creed Unity », le joueur doit retrouver qui a tué Marat à partir d’une série d’indices. Suspens, suspens…

L’émancipation contrariée des femmes

L’exposition fait également la part belle aux anonymes. De nombreux tableaux rappellent la « marche des femmes » sur Versailles, les 5 et 6 octobre 1789, épisode au cours duquel les femmes parties de Paris viennent réclamer au pain au Roi.

« Action héroïque à l’Assemblée nationale (dépôt de bijoux) », anonyme

L’exposition souligne l’ambivalence de la représentation des femmes ayant participé à cette période charnière de notre histoire, entre héroïsation et caricature. Difficile pour le pouvoir en place, masculin, de reconnaître que les femmes sont leurs égales, y compris dans l’exercice de la violence. Utiles un temps, elles finissent par déranger et sont évincées de la sphère politique. Telle est la thèse de Martial Poirson, le commissaire de l’exposition, qui parle de « l’émancipation contrariée des femmes ».

L’Égalité, porcelaine

« Amazones de la Révolution : des femmes dans la tourmente de 1789 »
Du samedi 5 novembre 2016 au dimanche 19 février 2017
Musée Lambinet – 54, boulevard de la Reine 78000 Versailles

Texte : S. D.
Crédits photos :
– A.T. Umilleu, Portrait de Madame Tallien © S.D.
– ZUKA, Charlotte Corday poignarde Marat 100 x 100 cm Collection de l’artiste © Ville de Versailles
– Jean-Jacques Hauer, Charlotte Corday assise tenant un livre Crayon rehaussé de fusain ou pierre noire, fin du XVIIIe
Ville de Versailles, musée Lambinet, Inv. 1360
© Ville de Versailles, musée Lambinet
– Anonyme, Action héroïque à l’Assemblée nationale (dépôt de bijoux) © S.D
– L’Egalité Manufacture de Niderviller Porcelaine, non datée usée de la Révolution française, Domaine de Vizille, MRF 1993.23.2 © Coll. Musée de la Révolution française / Domaine de Vizille

Share Button
No Comments

Post a Comment