Les Dromonts à Avoriaz

Le dernier né de la famille hôtelière Sibuet : le mythique hôtel des Dromonts dans la station savoyarde d’Avoriaz.

 

Le groupe Sibuet cela vous dit peut-être quelque chose ? A côté de maisons dans le Sud, le Lubéron, à Lyon ; c’est à l’origine en 1981 la station huppée de Megève qui a vu la construction des premiers établissements (Fermes de Marie + Les Chalets, Hôtel Mont Blanc, Lodge Park) par les fondateurs, Jocelyne et Jean Louis Sibuet. Une autre destination montagne a vu le jour, dernièrement il y a 4-5 ans, avec l’Altapura à Val Thorens. En décembre dernier, les Sibuet fondateurs et leurs deux enfants (qui commencent à prendre sérieusement le relais) ont ré-ouvert après travaux l’emblématique établissement d’Avoriaz.

Le seul hôtel de la station piétonne d'Avoriaz

Le seul hôtel de la station piétonne d’Avoriaz

 

Une adresse emblématique de la station

Sous la neige...

Sous la neige…

 

Qui dit Avoriaz dit le champion olympique Vuarnet et la skieuse Annie Famose ; mais aussi un concept novateur de station de vacances imaginé par Gérard Brémond et l’architecte Labro. Auparavant au centre de la station d’origine, un hôtel à mi-chemin entre l’éventail et l’octogone, recouvert de tavaillons (tuiles en bois recouvrant traditionnellement les toits en Savoie) offre une vue panoramique sur les cimes enneigées. Se fondant par ses teintes de bois roussies par le soleil, l’hôtel se fond dans la proche falaise schisteuse.

 

A peine 10 ans après la création « de toute pièce » de la station, le Festival du Film Fantastique fait dès ses débuts en 1973 la renommée de l’établissement. Le jury y délibère, acteurs et réalisateurs s’y reposent et les photographes planqués dans les recoins essaient de prendre le cliché qui fera, aussi d’eux, une star. De Spielberg à de Palma, Lynch ou Besson ; tous ont eu Les Dromonts comme QG !

Le bar pour un before...

Le bar pour un before…

La fin du Festival a t’elle entrainé celle de l’hôtel ? Toujours est il qu’il était devenu une Cendrillon qui n’attendait qu’un prince charmant pour la réveiller ! La magie à la Walt Disney s’est opérée et c’est une aubaine pour la station savoyarde dont les efforts se sont portés depuis 8 à 10 ans vers une montée en gamme.

 

Une déco sixties qui flirte parfaitement avec la tendance actuelle

 

Patrimoine architectural de la station, les Sibuet ont eu l’intelligence de conserver au lieu son style, le design des années 60, son ambiance à la James Bond du film « au service secret de sa majesté ».

Aux murs des affiches du festival du film fantastique et des champions de ski

Aux murs des affiches du festival du film fantastique et des champions de ski

Les perspectives des hublots, les enchevêtrements boisés d’alcôves et de petits salons intimistes, la cheminée de brique sur fond de crépi blanc, les sols en ardoise de Morzine, les lumières volontairement tamisées : toutes les créations des années 60 ont été préservées, afin de conserver cette âme sixty. Certes pour leur taille, les chambres ne répondent plus trop aux normes actuelles et sont petites ; mais les conserver ainsi a été un choix volontaire des Sibuet. Inspirées des cellules de skieur de l’architecte Le Corbusier, les chambres ont gardé leur surface d’origine afin de ne pas dénaturer le style initial.

Dans certaines chambres une baignoire ovale au pied du lit

Dans certaines chambres une baignoire ovale au pied du lit

Mais ces mêmes chambres et les parties communes ont été modernisées pour répondre aux normes de l’hôtellerie actuelle. Les tissus ont été confectionnés sur mesure en Italie en respectant les couleurs d’antan (mauve, mandarine, turquoise, parme, rouge théâtre). Ils sont comme à l’époque tendus-collés au mur. Les fauteuils capsule de couleur orange et les luminaires-globes argent augmentent encore cette atmosphère « années Yéyé ».

 

Une restauration semblable à ses confrères montagnards

 

Les hôtels Sibuet de Megève et Tal Thorens ont élaboré via « Les Enfants Terribles » un concept de bistro chic qui remporte l’adhésion des clients. Alors pourquoi changer un système qui marche ? Les Dromonts offrent ainsi 2 types de restauration, Le Festival pour un repas plus simple et savoyard et Les Enfants Terribles pour un dîner plus tamisé, intimiste. Dans le premier comptez 50 € pour une salade valaisanne, une souris d’agneau et sa polenta et un fromage blanc aux myrtilles. L’addition est plus lourde côté enfants avec 74 € pour des gambas croustillantes aux herbes, une côte de veau au vin d’Arbois et crozets et un baba au rhum et Chantilly.

Alcôves feutrées et lumières tamisées sur fond rouge carmin pour le restaurant Les Enfants Terribles

Alcôves feutrées et lumières tamisées sur fond rouge carmin pour le restaurant Les Enfants Terribles

 

 

 

Même dans le spa, les fauteuils capsule trahissent le style sixties

Même dans le spa, les fauteuils capsule trahissent le style sixties

Hôtel Des Dromonts

40 place des Dromonts

74110 Avoriaz

04 56 44 57 00

www.hoteldesdromonts.com

 

L’hôtel est ouvert jusqu’au 26 avril

Comptez à partir de 250 € la chambre pour 2 personnes petit déjeuner inclus

Dans quelques jours, un autre article dédié au seul spa de l’hôtel.. A suivre donc……

 

Photos Les Dromonts /  P. Doignon, C. Arnal et MPM & DR

Voir le second article sur cet hôtel via ce lien : http://levasiondessens.com/les-dromonts-a-avoriaz/

Les tavaillons recouvrent toute la surface extérieure de l'hôtel et certaines cabines d'esthétique

Les tavaillons recouvrent toute la surface extérieure de l’hôtel et certaines cabines d’esthétique

Share Button
1 Comment
  • bertie
    Répondre 23 mars 2015 at 11:49

    bel hotel
    J’y passerai bien des vacances

Post a Comment