L’Occitane

Visite ultra commerciale du spécialiste de la cosmétique naturelle provençale, L’Occitane.

Tout commence en 1976, en Provence, entre Aix et Sisteron, dans les champs de lavande et de romarin : étudiant en lettres modernes, Olivier Baussan tombe sur un vieil alambic qui va changer son existence.

Les premières gouttes distillées sont aujourd’hui devenues une société de chiffre d’affaires, quelques 10 000 collaborateurs et 3 000 boutiques dans le monde, 50 000 M2 de production sur l’usine principale de Manosque découpée en 3 axes.

Le vieil alambic des premières années : une vraie pièce de musée !

Le musée

Une belle et pédagogie scénographie pour ce petit espace qui reprend les différentes étapes de l’évolution de L’Occitane et qui explique le bien fondé des principales matières premières sélectionnées par l’entreprise : lavande, karité, rose, verveine, cade ou genévrier sauvage….C’est clair, précis et ne vous étonnez pas des panneaux écrits en braille près des vitrines. L’Occitane s’est tôt engagée pour lutter contre la cécité dans les pays en voie de développement.

Vue sur des panneaux du musée

L’usine

Visite guidée et gratuite toute l’année avec un parcours didactique où de couloirs en baies vitrées on peut essayer de voir et de comprendre le process de fabrication. On passe devant les laboratoires qui occupent une centaine de personnes réalisant env. 2 400 essais pour quelques 250 formules créées chaque année. On poursuit en surplombant un hangar de 9 000 M2 de stocks de matières premières, d’emballages divers. La visite continue avec les salles de pesée des ingrédients, des centrifugeuses pour émulsionner (8 pièces de 750 kgs à 10 tonnes) afin de créer une crème, un shampooing. Suit le hall de conditionnement avec différentes lignes pour les flacons, les tubes, les produits alcooliques (eaux de toilette), les coulées à chaud (beurres corporels). Une fois le produit dans son packaging, son carton ; l’expédition est possible.

Immortelle corse et lavande provençale

Le guide met l’accent sur les nombreux contrôles qui interviennent à chaque étape de la fabrication, sur la fabrication des crèmes faite en salle propre comme dans l’industrie pharmaceutique. S’ajoutent en cours de visite des vidéos, des tests produits, un atelier olfactif et au-delà de l’explication technico-pédagogique, le but inavoué mais aisément perceptible est de vous amener à acheter. En fin de parcours la boutique attend votre portefeuille et d’élégants paniers en osier sont à disposition.

Machine d’antan pour le savon

Le jardin

C’est aux beaux jours qu’il est le plus riche. Néanmoins intéressant toute l’année, il reflète l’essence même d’un jardin provençal à travers ses plantes méditerranéennes (amandier, arbousier, cade, cerisier, olivier, cyprès, figuier, jasmin, lavande et lavandin, romarin, santoline, sauge, thym…..). C’est donc à un vrai moment de dépaysement végétal et de détente sensorielle que les espaces cultivés et sauvages vous convient. Là aussi, comme dans le sourcing des matières premières des cosmétiques ; tout est fait dans le respect des hommes et de la nature.

Vue extérieure du musée L’Occitane

Aqua Réotier, la dernière gamme hydratante

L’Occitane

Autoroute 51

Chemin Saint Maurice

04 100 Manosque

04 92 70 32 08

Réservation recommandée pour la visite

www.alpes-haute-provence.com

Certains visuels fournis par L’Occitane ( S Duffard)

 

Share Button
No Comments

Post a Comment