Mes traditionnelles bûches de Noël

Retour au classicisme avec des bûches traditionnelles comme autrefois. Sélection des meilleures bûches que j’ai testées pour ce Noël 2017.

En aucun cas la gourmandise n’est pour moi un vilain défaut !! Bien au contraire… d’où cette description des classiques bûches 2017 pour vous aider à choisir la vôtre.

A la vanille et aux agrumes pour La Pâtisserie des Rêves

Reprise d’un grand classique de la maison, le grand cru vanille, longtemps orchestrée par Conticini.

Le biscuit et le croustillant de vanille de Madagascar s’accompagnent d’un confit d’agrumes, d’une crème au yuzu et une mousse vanille vient apporter douceur et sucrée en enveloppant le tout.

Le travail de la vanille est incontournable à La Pâtisserie des Rêves

5, 6 pers. 59 € ; dans les boutiques parisiennes.

Au thé chez Betjeman & Barton

Une vieille maison de marchands de thés depuis 1919 Betjeman & Barton , un glacier de renom Pierre Geromini pour une bûche glacée inédite : biscuit amande, sorbet au thé noir parfumé au miel et au curcuma, gingembre, coco et cœur glacé de violette. Une association florale sucrée transcendée par un décor de belles meringues couleur lilas.

Dessert mi pâtissier mi glacier chez Betjeman & Barton

8, 10 pers. 100 € ; sur commande uniquement en boutique Betjeman & Barton et Geronimi.

Aux noisettes-mangue-passion avec Nicolas Bernardé

MOF consacré en 2004, ce pâtissier installé à La Garenne-Colombes régale une grande partie des Hauts de Seine.

Belle association de fruits à coque (noisette) et exotiques (mangue + passion) pour Bernardé

Preuve en est ces trois pics montagneux qui cachent dans leurs replis une compotée mangue-passion, un crémeux passion, un croustillant noisette et une crème gianduja sur un socle « rocheux » de noisettes.

6, 8 pers. 45 € ; www.nicolas-bernarde.com

Façon Tatin chez Stéphane Vandermeersch

Normand d’origine, ce boulanger du 12 ème formé chez Fauchon par Pierre Hermé a été récompensé du titre de boulanger de l’année par le Pudlo 2015.

Tatin revisitée en bûche pour Vandermeersch

Biscuit noix de pécan et croustillant, pommes caramélisées, bavaroise vanille ; l’ensemble étant recouvert d’un luisant caramel.

6 parts, 45 € ; 278 av. Daumesnil 75 012 Paris

Citron pop pour Monoprix

L’enseigne a fait appel à Christophe Adam qui a conçu une bûche classique mais ultra pop dans ses couleurs.

Posés sur un croustillant praliné et sous le glaçage chocolat blanc, un confit framboise, un crémeux au citron yuzu, une mousse cheesecake au citron vert.

La bûche de Christophe Adam pour Monoprix

De 6 à 8 parts, 25, 90 €; dans les Monoprix.

Chocolat praliné avec Jean-Paul Hévin

Pour ses 30 ans de création le grand chocolatier Jean-Paul Hévin plonge sa créativité dans les années 1930. Sa bûche Geometrik est très classique dans sa composition (croustillant praliné, biscuit aux noisettes, mousse caramélisée, biscuit cacao, mousse au chocolat grand cru).

Le chocolat toujours roi et design chez Jean-Paul Hévin

Mais l’originalité de la buche réside dans le goût du chocolat, un grand cru péruvien fumé au bois de hêtre et dans sa couleur rouge vif cassée d’un triangle, d’un rond et de bâtons colorés.

6 pers. 47 € ; www.jeanpaulhevin.com

Les épices du lyonnais Jean-Paul Pignol

Référence gourmande ultime de Lyon et de ses environs, Jean-Paul Pignol fait honneur à l’emblématique place Bellecour de la cité des Gaules.

La bûche du mythique lyonnais Pignol

Se remémorant des saveurs épicées de son enfance, le pâtissier-traiteur associe un moelleux aux épices à un confit de clémentines, un croquant de fruits secs et une mousse au chocolat pure origine Pérou.

6, 7 pers. 36 € ; www.pignol.fr

Aux fruits rouges pour Ladurée

Biscuit aux amandes, confit de fruits rouges, crémeux aux amandes, mousse lactée à la vanille… Anoblie par le blason d’or avec le L, la bûche Candy est décorée de framboises, de Chantilly, d’étoiles en chocolat blanc et de guimauves.

Fruits rouges à l’honneur chez Ladurée avec Candy

6 parts, 58 € ; www.laduree.com

Simplement baba avec Aurélien Trottier

L’angevin s’est amusé en réinventant les grands classiques de la pâtisserie (Paris-Brest, éclair, tarte au citron) et en les transposant en bûches.

A. Trottier pour les amateurs de babas

C’est le tour de l’incontournable baba simplement transcendé par un crémeux d’agrumes, une gelée d’agrumes et en déco des pipettes de sirop au rhum.

6 pers. 33 € ; www.artisanpassionne.com

Les noisettes de la Forêt Enchantée de Lenôtre

La maison de feu Gaston Lenôtre ne fait plus appel à des people, à des écrivains, à des couturiers, à des designers et à toutes autres stars. Les compositions étaient certes sublimes …. mais on s’éloignait rapidement de la bûche pour des gâteaux dignes des fêtes royales à Versailles ! Et certaines années les goûts se superposaient tellement que le gourmet y perdait son latin ! De plus, le talent de Guy Krenzer se suffit à lui seul et ce retour à un certain classicisme néanmoins très travaillé dans les textures, le goût et l’esthétisme est le bienvenu.

Lenôtre : une blancheur virginale qui cache un goût top’ et un esthétisme très recherché

Reprise donc de saveurs appréciées de tous – la vanille et la noisette – qui se déclinent en mousseline, en praliné coulant, en croustillant noisette, en biscuit roulé dacquoise, en ruban de caramel.

De nombreuses complications se superposent à cette bûche immaculément blanche comme un manteau neigeux : des pastilles en chocolat blanc à l’effigie des animaux de la forêt ; un écrin en papier découpé de Marianne Guély qui lui sert d’emballage.

10 pers. 130 € ; série limitée à réserver dès le 2 décembre dans les boutiques Lenôtre et sur le site www.lenotre.com

Aux marrons pour Arnaud Larher

Aucun mélange cassis-marron comme cela est souvent le cas. Arnaud Larher joue la vraie mousse de marrons à peine punchée de rhum et seule une compotée de poires relevée de poivre vient apporter une touche fraîcheur à cette belle ‘Diva’.

La Diva aux marrons de Larher porte bien son nom !

4,6 pers. 47 € ; 3 boutiques à Paris et www.arnaudlarher.com

Façon omelette norvégienne chez Michel Pottier

A St Germain en Laye, la pâtisserie Grandin est une institution depuis 1822 !

Comme une omelette norvégienne chez Pottier

Avec Royale, Michel Pottier nous emmène cette année vers la fraicheur d’un biscuit aux amandes, de mousses citron vert et framboise avec une déco ‘omelette norvégienne’.

De la simplicité fruitée de bon aloi !

8, 50 € la part ; www.pâtisserie-grandin.fr

Au pamplemousse version Guy Martin pour le Grand Véfour

Son Grand Véfour s’ouvre sur les superbes jardins du Palais Royal et les colonnes noires et blanches de Buren. Le chef étoilé rend donc hommage à son cadre avec une bûche très artistique et décorée de mini colonnes, de cubes de gelée de pamplemousse, litchi et de quartiers de pamplemousse frais.

Les colonnes de Buren proches du Grand Véfour de Guy Martin

Sous cette très créative décoration mousse litchi rehaussée de poivre, gelée de pamplemousse rose, biscuit aux zestes de pamplemousse.

Un dessert idéal pour terminer un repas riche, car la fraicheur vous attend réellement au détour d’une colonne !

6, 8 pers. 90 € sur réservation au 01 42 96 56 27

Forêt Noire via Sébastien Gaudard

Vous aimez la Forêt Noire ? Alors la bûche de Sébastien Gaudard est pour vous : génoise au chocolat, Chantilly très légèrement parfumée au kirsch, griottes entières, copeaux de chocolat en déco…

Comme une forêt noire pour Gaudard

6, 7 parts ; 45 € ; www.sebastiengaudard.com

Au champagne à La Meringaie

Reprenant la tradition des pavlovas, La Meringaie les transcende avec des crèmes fouettées parfumées et des fruits frais. Pour les fêtes, le dessert se mue en bûche avec une crème fouettée au Champagne rosé Taittinger, des framboises et des litchis.

Taittinger rosé pour La Meringaie

C’est aérien, peut-être un peu alcoolisé pour les enfants. 6 pers. 30 € dans les 2 boutiques parisiennes.

Pur chocolat avec Pierre Hermé

Une très belle et cacaotée bûche en édition très limitée où un intense chocolat se mêlent à l’acidulé de framboises et au croquant de sablés au chocolat noir à la fleur de sel.

Pour les seuls addicts au dieu cacao car la puissance de chocolat est vraiment longue en bouche.

Composition d’exception pour le N° 1 mondial Pierre Hermé

« Ecorces », la bûche est fractionnée en 4 tronçons tous recouverts d’une fine couche de chocolat comme autant de morceaux de bois juste coupés par une tronçonneuse. Elle est posée sur un plat en grès noir, une fine feuille de grès imaginée et crée par la céramiste Sylvianne Lüscher.

8 pers. 390 € ; uniquement sur commande ; www.pierreherme.com

Praliné pour Christophe Adam

C’est presque une bûche et pas tout à fait un éclair !

Adam travaille parfaitement le praliné

Le facétieux Christophe Adam nous fait fondre avec son crémeux praliné maison qu’il a glissé sur une dacquoise noisette et un croustillant praliné en le juxtaposant avec une mousse à la vanille de Nouvelle Guinée.

6 pers. 42 € ; www.leclairdegenie.com

En ouverture d’article le visuel des minis bûches de La Pâtisserie des Rêves

 

Share Button
4 Comments
  • guillaume mersier
    Répondre 7 décembre 2017 at 17:46

    Je craque pour celle d’Hermé et de Larher ; la Pottier est moche, est elle bonne ?

  • Marilou
    Répondre 11 décembre 2017 at 11:28

    y en a trop ; comment choisir ?

  • mohand
    Répondre 13 décembre 2017 at 19:43

    Quel talent, mais quel talent ces messieurs les grands patissiers !!! tous ces gâteaux sont de pures merveilles, vraiment ! j opeterais pour le dernier de Pierre Hermé. Perso, j aime les gâteaux très légers, aériens et les crèmes mousselines ! Voilà ! Bravo messieurs , vous êtes des génis de la pâtisserie.

Post a Comment