Minerve, ville de vignes et d’histoire

Des plaisirs touristiques associés à ceux de la dégustation de bon vin, le Minervois n’est pas avare. La vigne a trouvé dans ces terres caillouteuses languedociennes généreusement ensoleillées les éléments qui la rendent inoubliable.

Minerve attend le promeneur qui souhaite éviter la grande foule. C’est un village languedocien positionné dans la vallée aux gorges profondes de la Cesse, rivière dont le lit souterrain masque au regard ses eaux d’été. L’hiver, c’est tout autre chose et le printemps aussi car les flots bouillonnent entre de hautes falaises de calcaire. Minerve est enchâssé dans un paysage de collines comparable en plusieurs points à celui de l’Ardèche mieux connu. Son adhésion à l’Association des Beaux Villages de France lui a donné des avantages, mais aussi des devoirs. Minerve est une cité touristique, il ne faut pas le masquer. Mais elle l’assume dans la discrétion. Faible population, sans doute une cinquantaine d’habitants en hiver. Et quelques restaurants, des chambres d’hôtes, des boutiques d’artistes et bien sûr des vignerons. Car Minerve qui partage son nom avec l’appellation viticole du Minervois est connu pour ses vins.

Gorge de la Cesse en été

Sur les côteaux du Minervois, les Romains ont apporté la vigne. En vingt siècles de culture et d’observation s’est développé un savoir-faire dans l’art de la cultiver. Ce sont des terres calcaires et arides où la seule eau tolérée pour l’irrigation du vignoble est celle qui vient du ciel. Vins rouges pour l’essentiel, 80%, le reste blanc et rosé. Les dégustations sont fréquentes. Il faut appeler les propriétaires pour connaitre dates, rituels et conditions.

Dégustation

Minerve est également connu des historiens. En traversant le village, il est impossible d’ignorer le vestige essentiel d’un château datant des 12 et 13ème siècle et qu’on nomme candelo, chandelle en provençal. Au Moyen-Age, cette cité puissante est un refuge pour les hérétiques cathares. Les ponts naturels creusés par la Cesse et le Brian en font un site facile à défendre. Pendant la période médiévale, les vicomtes de Minerve érigent une cité puissante. En 1210, elle est assiégée par Simon de Montfort, chef militaire de la croisade contre l’hérésie cathare. Bombardés par les catapultes, assoiffés, les Parfaits (nom donné aux Cathares) refusent d’abjurer leur foi et sont condamnés au bûcher. Après le sac de la ville de Béziers en 1209, le siège de Minerve marque un temps fort dans la lutte menée dans la région.

Viticulteurs du Minervois lors d’une dégustation

Tourisme et dégustation sont inséparables pour les amateurs de bons petits crus ! Alors cap sur le Mas Roc de Bô, une pépite languedocienne du terroir de Cazelles qui produit de splendides cuvées, certaines sous la dénomination Appellation Minervois Protégée. C’est la propriété de la famille Dondain qui possède par ailleurs le Château Cabezac à Bize-Minervois, village voisin connu pour ses productions de vins excellents.

Pique-nique organisé par le Relais Chantovent

Voici le résultat d’une dégustation :

* Château Cabezac, cuvée Les Capitelles. Millésime 2015 à 10,90 euros.

Assemblage de Roussanne et de Grenache Blanc. Robe lumineuse jaune pâle. Nez intense légèrement citronné et notes de zeste d’orange, de fleurs d’oranger, mêlées aux arômes de noisettes grillées, cacao et beurre.

* Château Cabezac, Grande Cuvée Belvèze. Millésime 2014 à 28 euros.

Assemblage de Syrah, Mourvèdre et Grenache Noir. Vendanges manuelles. Robe profonde de couleur cerise noire. Le nez s’ouvre sur des notes fumées et minérales du type pierre à fusil. Bouche puissante. Cette cuvée dévoile sa finesse après avoir été carafée quelques heures avant d’être bue.

* Mas Roc de Bô, cuvée Pépite Vinum Clarum. Millésime 2016 à 11,20 euros.

Assemblage de Grenache Noir et Syrah. Robe d’un joli rose pâle. Nez minéral, frais, intense à odeur de fraise et petits fruits rouges. Bouche agréable soyeuse et ronde.

* Mas Roc de Bô, cuvée Pépite Dorée. Millésime 2015 à 24 euros.

Assemblage de Grenache blanc et Roussanne. Vendanges manuelles. Robe jaune pâle aux reflets brillants. Nez très expressif s’ouvrant sur des notes de fruits exotiques. Bouche ample et ronde de belle fraîcheur qui se termine par de subtiles notes grillées.

* Mas Roc de Bô, cuvée Pépite Noire. Millésime 2014 à 36 euros.

Assemblage de Syrah et de Grenache Noir. Vendanges manuelles. Robe profondément pourpre. Le nez mêle fruits noirs, épices, cuir, vanille et pain grillé. La bouche ample sur notes de fruits noirs et d’épices est de grande longueur.

La convivialité est au rendez-vous lors de la soirée Tastes en Minervois

La Bonne table : https://www.relaischantovent-minerve.fr 

Au coeur du village, un restaurant ouvrant sur la vallée de la Cesse. Excellente présentation et belles recettes. Pour les groupes, sur demande et à la belle saison, la chef prépare de merveilleux pique-niques à prendre sur le lit asséché de la rivière, à l’orée d’une grotte magnifique qui protège du soleil.

www.leminervois.com

www.masrocdebo.com

C’est la suite du sujet :   www.levasiondessens.com/tastes-en-minervois/

 Texte et photos de Georges Lévêque

Share Button
2 Comments
  • Yvan190620
    Répondre 2 février 2018 at 23:02

    la descente a l’air bonne

  • Gaëlle
    Répondre 7 février 2018 at 13:27

    On a envie d’aller y faire un tour !

Post a Comment